20 avril 2016

Peter Hofburg, exposition personnelle à Mosonmagyarrova (Hongrie, été 2015)

Peter Hofburg est un jeune artiste autrichien très prometteur, né en 1993 qui fait de la dénonciation des travers de nos société, et notamment des effets de l'économie libérale la matière même de ces œuvres. Dans l'installation ci-dessus, intitulée SOON I, il a reproduit ainsi, trois fois à l'échelle exacte un magasin abandonné dans la zone commerciale d'un quartier sinistré d'une grande ville. On sent bien sûr, dans ses travaux, l'influence très grande de l'artiste autrichien Anselm Kieffer, mais il sait s'en éloigner avec talent.... [Lire la suite]

25 octobre 2015

Guiseppe Palagonia, settimana dell'arte, Palerme, octobre 2015

Giuseppe Palagonia propose un art violent et révolutionnaire, ses installations investissent des lieux précieux et chargés d'histoire, comme ici (en haut) le Palazzo Constantion à Palerme et (en bas) le Palazzo Mirto, tous deux anciens, chargés d'histoire et présentant des pièces luxueuses. Il jette ainsi dans les espaces les plus précieux des ensembles de fripes et parfois même d'ordures qui rappellent à quel point la richesse des uns s'est construite sur la misère des autres. De plus, pour affirmer l'idée que l'art ne doit plus... [Lire la suite]
06 novembre 2013

Jeanne Campion, Les désordres du monde (2011)

Jeanne Campion est une jeune artiste australienne révoltée par l'immense production de déchets de la vie contemporaine. Dans ses installations urbaines, elle pousse la critique à ses limites rassemblant dans de gigantesques poubelles les détritus qu'elle recueille la nuit dans la ville et les installant dans les lieux les plus touristiques de façon à ce que les passants ne puissent plus feindre d'ignorer les désordres dont ils sont responsables. Par son art provocateur, parfois jusque dans les odeurs qu'il dégage, elle oblige les... [Lire la suite]
Posté par Greatopart à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 septembre 2013

Raymond Roussel (Interdictions, 1990 - 2013)

  Si l'art n'est rien d'autre qu'une façon particulière de déplacer les signes de façon à ce qu'ils placent leurs regardeurs en position de sémiose (cf. cette notion dans Contextes de l'Art Numérique, JP Balpe, Hermès, 2000), Raymond Roussel est un des artistes contemporains les plus convaincants qui perturbe constamment les signes les plus usuels définissant l'espace du citadin contemporain. À partir des codes conventionnels des panneaux d'interdiction (fond rouge, bordure et lettres blanches en capitales), il investit des... [Lire la suite]
09 septembre 2013

Ruth Crawford (Vies Naturelles,installations dans le parc de Fontainebleau, 2008)

  Ruth Crawford travaille sur la notion même d'exposition. S'inspirant de la tradition des ready made, elle défend l'idée selon laquelle c'est le contexte d'exposition qui fait l'art et considère ses propositions comme collaboratives. Elle place donc dans des lieux ouverts au public et à forte présentation des supports d'installations qui peuvent être de natures diverses et demande à ses visiteurs de lui proposer des œuvres soit en les posant réellement sur les socles qui leur sont propsés, soit en faisant des photomontages.... [Lire la suite]
Posté par Greatopart à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 septembre 2013

Jeremy Ploumanach (landart, 2008, Palavas et 2009, Ploumanach)

  Jeremy Ploumanach porte le nom d'un petit port breton ce qui, déclare-t-il dans une interview au magazine Art Press en octobre 2006, est à l'origine de sa vocation de landartiste. Créateur d'un objet visuel à la fois industriel et social (une grille industrielle et un signal de travaux), il l'installe sur un grand nombre de plages du monde, soit de façon isolée soit sous forme de multiples créant une rupture entre l'espace ouvert et libre des plages et l'aspect à la fois métaphorique (il évoque un chapeau de sorcière mais de... [Lire la suite]
Posté par Greatopart à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
31 août 2013

Lissandro Cali (Information, installations urbaines, 2005)

  Lissandro Cali travaille sur les notions de propriété artistique, de parasitage, d'information et de désinformation… S'emparant d'images plus ou moins connues mais souvent signifiantes qu'il transforme en posters de toutes tailles (de 5 mètres à 40 cm de hauteur), il les parasite par des QR codes, rendant leur information à la fois non ambiguë (par ce qu'elles représentent au moins partiellement et qui nous parle) et ambiguë dans la mesure où les QR codes ne sont que des intermédiaires d'information renvoyant à d'autres... [Lire la suite]